Sortie ESCALADE , mercredi 16 mars

20160316_15093920160316_1509395 élèves de L’Association Sportive de Sully ont brillé ce mercredi en participant à une rencontre départementale d’escalade, à Chartres. Bravo à Kenza, Axel, Dimitri, Brendan et Charles !!!

Ils finissent sur la 2ème place du podium, BRAVO à eux !

20160316_140756

20160316_150939

FacebookTwitter

Cours et dispenses d’Education Physique et Sportive :

Cours et dispenses d’Education Physique et Sportive :

L’EPS est une discipline scolaire qui requiert les mêmes exigences de travail et de sérieux que les autres disciplines enseignées au lycée. Les dispositions réglementaires en vigueur retiennent le principe de l’aptitude à priori de tous les élèves. Le règlement général du lycée est bien évidemment en vigueur en EPS. Ainsi l’utilisation des téléphones portables et des lecteurs MP3 est strictement interdite en cours, quelque soit l’activité pratiquée.

 Cours d’EPS et matériel

Une tenue spécifique est exigée en EPS, adaptée à la saison et à l’activité pratiquée : short ou pantalon de survêtement, sweat et t-shirt et chaussures de sport adaptées.
Pour des raisons d’hygiène, de sécurité, et d’efficacité dans la pratique sportive, sont strictement interdits les foulards, les écharpes, les bijoux (bracelets, bagues…), sous quelque prétexte que ce soit.
Les casquettes et bonnets peuvent être tolérés exceptionnellement sur décision du professeur d’EPS lorsque le climat les rend nécessaires (pratique en extérieure lors de fortes chaleurs/ ou temps très froid).
La tenue obligatoire à la piscine se compose d’un slip de bain pour les garçons (pas de short, ni caleçon, ni bermuda). Le maillot une pièce est vivement conseillé pour les filles, le maillot deux pièce étant toléré tant qu’il n’empêche pas la pratique de la natation sportive (plongeon notamment).

 Cours d’EPS et gestion des inaptitudes

Œ Le caractère à part entière de discipline d’enseignement « implique la participation de tous les élèves aux cours d’E.P.S, y compris les élèves en situation de handicap pour lesquels ont été instaurés des épreuves spécifiques aux examens » (B.O. n°25 du 26/06/90).

 Toutefois, pour une inaptitude supérieure à une semaine, l’élève devra consulter un médecin. Le certificat médical établi devra être obligatoirement conforme au modèle publié dans le B.O. n° 38 du 26/10/1989 (document disponible au sein du carnet de correspondance de l’élève ou en téléchargement sur le site internet du lycée). Le certificat présenté à l’enseignant est l’original (pas de photocopie), daté avec le début et la fin de la dispense, signé et tamponné par le médecin.

Ž A noter que la présentation d’un certificat médical ne soustrait pas les élèves au principe d’assiduité. De la même façon, les élèves ou les parents d’élèves n’ont en aucun cas le pouvoir de dispenser leurs enfants du cours. EXEPTIONNELLEMENT, si un élève connaît une contre-indication subite (malade pendant la nuit…), les parents doivent le signaler à l’enseignant par l’intermédiaire du carnet de correspondance.

Dans tous les cas d’inaptitude (« dispense ») l’élève doit se présenter en cours à son professeur d’EPS pour régler sa situation avant de rentrer dans les vestiaires, et est tenu d’assister au cours. En fonction de la nature de l’inaptitude et de l’activité, le professeur décidera soit :
F d’adapter son enseignement aux disponibilités constatées de l’élève = maintien en cours avec activité aménagée en fonction de l’inaptitude de l’élève.
F de demander à l’élève d’assister au cours pour participer à des tâches annexes (observation, secrétariat, arbitrage, managérat).
F de faire intégrer à l’élève le dispositif « Education Physique Adaptée » (créneau d’EPS spécifique visant à prendre en charge les élèves inaptes partiels pour une durée égale ou supérieure à 1 mois).

Seul l’enseignant d’E.P.S. au vu des différentes informations fournies par l’élève est à même de prendre cette décision. Ainsi, tous les élèves doivent participer au cours d’E.P.S.
L’enseignant valorisera chaque fois que cela est possible les aptitudes restantes chez l’élève inapte.

 Le dispositif « Education Physique Adaptée »
Le dispositif « Education Physique Adaptée » est un créneau d’EPS particulier destiné aux élèves « inaptes partiels ». Cette activité physique adaptée sera négociée entre l’élève, son médecin traitant, les parents et le professeur d’EPS en charge du dispositif.

FacebookTwitter

EPS : DEPLACEMENTS EN CAR ET CONSIGNES A RESPECTER – Le PORT OBLIGATOIRE DE LA CEINTURE dans les véhicules de transports en commun de personnes

Un enjeu important de sécurité routière

Obligation. Le décret n° 2003-637 du 9 juillet 2003 a modifié les articles R. 412-1 et 2 du Code de la route, pour étendre l’obligation du port de la ceinture de sécurité aux occupants des véhicules de transport en commun de personnes, lorsque les sièges sont équipés de ceintures.

Dans les accidents de circulation impliquant des véhicules de transport en commun de personnes, la plupart des traumatismes corporels graves sont consécutifs à l’éjection des occupants hors du véhicule ou à leur projection à l’intérieur de ce véhicule.
Le port systématique de la ceinture de sécurité par l’ensemble des occupants des véhicules de tourisme aurait permis d’éviter le décès de 340 personnes l’an dernier.
Il convient de faire du bouclage de la ceinture un geste réflexe pour tous les usagers de véhicules terrestres à moteur.
Tous les autocars sans ceintures auront été remplacés, le 1er septembre 2015 et il ne sera alors plus question de ne pas avoir de ceintures à chaque siège. D’ici-là, les risques de sanction perdurent : le passager qui n’attache pas la sienne est passible d’une amende de 135 € (contravention de 4e classe). Certains parents ont eu cette douloureuse surprise.
Une mesure juridique d’application immédiate

Le décret n° 2003-637 du 9 juillet 2003 (publié au Journal officiel du 10 juillet 2003), en modifiant les articles R. 412-1 et R. 412-2 du code de la route, étend l’obligation du port de la ceinture de sécurité aux occupants des véhicules de transport en commun de personnes, lorsque les sièges sont équipés d’une ceinture de sécurité.
Cette mesure réglementaire, d’application immédiate, vient parachever la généralisation de l’obligation du port de cet équipement de sécurité à tous les véhicules à moteur qui en sont équipés.
> 2015. L’arrêté du 13 octobre 2009 modifiant l’arrêté du 2 juillet 1982 relatif aux transports en commun, a fixé l’échéance du 1er septembre 2015 pour que tous les autocars soient équipés de ceintures de sécurité.
Tous les usagers de véhicules équipés sont concernés
Cette obligation s’applique à tous les conducteurs et passagers d’un autocar, adultes et enfants, dès lors que les sièges qu’ils occupent sont équipés d’une ceinture de sécurité, y compris lorsque l’autocar est immatriculé dans un autre pays.

Les sanctions en cas de non-port de la ceinture de sécurité

Le conducteur : Le conducteur d’un autocar n’est pas responsable du fait qu’un passager ne soit pas attaché, y compris pour les enfants âgés de moins de dix-huit ans. Il n’est donc pas passible de la peine d’amende.

Le passager : Le passager d’un autocar qui n’attache pas sa ceinture de sécurité est passible d’une peine d’amende d’un montant de 135 €. En cas de paiement dans les trois jours le montant de l’amende est minoré à 90 €. Si le paiement intervient après trente jours, le montant de l’amende est majoré à 375 €.

Le lycée décline toute responsabilité en cas de non port de la ceinture par un élève lors du transport puisqu’une information est donnée aux élèves verbalement en début d’année scolaire, par écrit (par le biais de cette note d’information et par le biais d’un affichage dans le car effectuant le transport)

L’équipe EPS du lycée Sully,
s/c de M. Delsarte, Proviseur.

FacebookTwitter